L’accompagnante à la naissance est utile

tlp719736L’accompagnante est utile, c’est vrai, mais je trouve qu’on ne le dit pas assez. Aujourd’hui, avoir une accompagnante à la naissance, c’est encore un peu marginal. Aux États-Unis 6% des femmes enceintes en ont une. Je n’ai pas trouvé de chiffre pour le Québec, mais rien ne porte à croire que ça serait mieux ici, au contraire. En fait, chez nos voisins du sud il y a un incitatif monétaire direct à avoir recours à une accompagnante, car celle-ci est associée à une réduction de la facture d’hôpital en contribuant à minimiser les interventions. D’après un ouvrage datant du début des années 90, l’accompagnement serait associé à une diminution de la durée du travail (25%) et des interventions obstétricales, telles que les forceps (30%), l’épidurale (60%) et la césarienne (50%). Une étude plus récente conclut à une réduction de 80% du taux de césarienne. Une réduction de 80%! Oui, ça me semble beaucoup aussi, mais ça vaudrait peut-être la peine d’essayer un petit projet pilote d’accessibilité aux accompagnantes à la naissance. Imaginez transformer rapidement la statistique d’une femme sur 4 subissant une césarienne par une femme sur 20!

Alors que l’équation « moins d’intervention = moins de frais médicaux » motive surement les Américains à avoir une doula, je pense que l’équation « moins d’intervention = moins de risque pour la santé de la mère et du nouveau-né » devrait être un incitatif (au moins) équivalent au Québec. Dans cette dernière équation, j’inclurais dans le terme « santé » : la santé physique, émotionnelle et psychologique. Parce que pour certaines personnes, les interventions obstétricales peuvent entrainer un sentiment de déception, de dépression, d’échec et même d’abus. Oui, oui d’abus! Vous avez déjà entendu parler de violence obstétricale? Planète F y consacre un dossier complet. Vous pouvez aussi lire ce texte publié par le journal Mouton noir de Mariane Labrecque sur le sujet.

En somme, les accompagnantes contribuent à réduire les interventions et la violence, mais elles contribuent surtout à humaniser la naissance. Elles sont avant tout là pour écouter, soutenir, protéger, être là. Avez-vous déjà eu une accompagnante? Qu’est-ce qui motive votre décision d’y avoir recours? C’est quoi votre équation?

2 thoughts on “L’accompagnante à la naissance est utile

  1. Sara dit :

    Excellent billet! Après avoir accouché avec l’aide de mon accompagnante, je me suis demandé pourquoi ce n’était pas plus répandu… Juste d’avoir quelqu’un qui me connaissait, qui connaissait les accouchements en général et qui était là tout le long de mon accouchement (contrairement au personnel médical), ça m’a tellement rassurée! J’en avais besoin…

    Petite déformation professionnelle de traductrice : il faudrait dire « incitatif monétaire direct » (direct s’accorde avec incitatif) et je suggère d’écrire « car celle-ci est associée à une réduction de la facture » (je trouve que c’est plus clair comme ça). En ce qui concerne le terme « épidurale », pour les puristes il faudrait écrire  » péridurale » (c’est le terme français correct; « épidurale » est un calque de l’anglais), mais si vous tenez à écrire « épidurale » (de toute façon, personne ne dit « péridurale » au Québec), il faut mettre ce mot au féminin, car c’est la façon courte de dire « anesthésie épidurale ». Mais ce ne sont que des détails : le reste du billet est très bien rédigé et super intéressant! :)

    1. Marylène Dussault dit :

      Merci beaucoup Sara! Merci de partager ton expérience! Effectivement, la présence continue d’une personne connue et extérieure à la famille fait une vraie différence pendant l’accouchement. C’est justement la conclusion de l’étude Kozhimannil, et coll. (2014) que je cite dans le billet. Pour ce qui est des commentaires de traduction, je l’apprécie vraiment (bon, encore un anglicisme)! Je vais faire les modifications. Pour le terme épidurale, je l’avais effectivement choisi, parce que c’est ce qui est utilisé ici. N’hésite pas à souligner mes erreurs, je vais m’améliorer plus vite :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *